… Ou savourer les mots des autres, like a treat …

Par : mondessensibles

Sep 5

Catégorie: les mots des autres

Poster un commentaire

 » J’enfilais la route la plus belle, où qu’elle me conduisît », comme dit magnifiquement Guzman d’Alfarache.
La vitesse de l’exil. J’ai toujours eu ce sentiment étrange de n’appartenir à aucun pays. J’ai rencontré quelques expatriés qui hantaient les lieux nocturnes où je cachais mon visage, surtout à Barcelone, et qui tous entretenaient le rêve chaud et vivant d’une terre qui fût la leur et qu’ils retrouveraient un jour. Je n’ai jamais eu ce sentiment. Partout je me sens étranger mais partout je m’infiltre dans l’asphalte jusqu’à ce que chaque chemin nocturne devienne mien. Comme un chat, je refais toujours les mêmes itinéraires, en me fondant toujours mieux dans les sombres recoins des villes que j’explore. J’entre dans les pans d’ombre comme d’autres en religion.

Antoni Casa Ros – Béring (in Mort au romantisme)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s