Par : mondessensibles

Déc 10

Catégorie: les mots des autres

Poster un commentaire

 

« On croit en général que l’attention des artistes de la Renaissance à l’égard de la nature – leur passion notoire pour l’anatomie, la perspective, la théorie des proportions, etc. – avait pour seul enjeu la restitution correcte de tout ce que nous voyons autour de nous. Mais on pourrait dire exactement le contraire. Dans bien des cas, en effet, la fouille anatomique, la traversée perspectiviste, la théorisation des formes n’ont que des conséquences déstabilisatrices : repères inversés ou anéantis, vision des choses livrée à l’étrangeté, au jamais-vu, aux paradoxes. Moyennant quoi l’espace de notre visibilité familière se distord et se transforme en un lieu littéralement ouvert, lieu de béances, lieu construit d’imprévisibilités et de défis au sens commun. »

Georges Didi-Huberman – Être crâne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s