Par : mondessensibles

Juil 22

Catégorie: (garder) les yeux ouverts

Poster un commentaire

« Crois-tu qu’il n’a pas bougé, là, ce soleil

Celui qui brillait quand tu avais dix ans, sa jeunesse

Extraordinaire, oeil

Au milieu des forêts parfois posé rose,

Rose d’étonnement, rose dans la moitié du ciel,

Rangé entre couleurs, ondes, rayons, brillant de désir,

Crois-tu qu’il n’a pas bougé d’un seul pas depuis le premier pas des matins

Dans l’espace de cire, si vain ? »

(Jacques Roubaud – Octogone – Livre de poésie, quelquefois prose – Editions Gallimard – 2014)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s