Par : mondessensibles

Oct 22

Catégorie: il n'y a que des questions

1 Commentaire

Pourquoi j’aime autant les poèmes ?
Qu’y a-t-il dans les poèmes de si essentiel, de si nécessaire ?
Peut-on apprendre une langue en lisant les poèmes ?

 

Calcar el infinito
contra el cristal de la ventana,
como se calqua una rama e una pluma,
con el papal de seda de nuestra fugacidad.

Calcar después una rama e una pluma
contra el mismo cristal
como se calca el infinito,
con el papel de seda de nuestros ojos mas abiertos.

Superponer luego los dos calcos
hasta que ambos coincidan totalmente.

(…)

Roberto Juarroz – Dixième poésie verticale

Un commentaire sur “”

  1. Sur la soie fine du jour, a glissé l’étoile des feuillages, s’y lisse l’infini, et l’envol est de ciel dans le cristal de l’âme


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s