Par : mondessensibles

Nov 15

Catégorie: les mots des autres

2 Commentaires

J’avais sept ou huit ans,

je marchais dans la campagne.

En traversant un champ, j’aperçois

un trèfle à quatre feuilles.

Je me baisse pour le cueillir,

quand je me rends compte émerveillé

que le champ en est rempli.

A genoux j’ai ramassé tout ce que j’ai pu,

j’avais les bras remplis d’herbes, de feuilles et de trèfles,

la nuit arrivait, les premières étoiles apparaissaient,

j’ai pensé : quel dommage

que les étoiles ne soient pas multicolores.

 

Alexandre Romanès – Sur l’épaule de l’ange – Gallimard – 2010

2 commentaires sur “”

  1. Peut-être la nuit, peut-être le silence, mais tant d’étoiles se mettent à danser

  2. Si sombre sera la nuit, mais au seuil de son silence, se cueille une brassée d’étoiles, rumeur si douce d’un secret du cœur


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s