Par : mondessensibles

Nov 15

Catégorie: les mots des autres

2 Commentaires

J’avais sept ou huit ans,

je marchais dans la campagne.

En traversant un champ, j’aperçois

un trèfle à quatre feuilles.

Je me baisse pour le cueillir,

quand je me rends compte émerveillé

que le champ en est rempli.

A genoux j’ai ramassé tout ce que j’ai pu,

j’avais les bras remplis d’herbes, de feuilles et de trèfles,

la nuit arrivait, les premières étoiles apparaissaient,

j’ai pensé : quel dommage

que les étoiles ne soient pas multicolores.

 

Alexandre Romanès – Sur l’épaule de l’ange – Gallimard – 2010

2 commentaires sur “”

  1. Peut-être la nuit, peut-être le silence, mais tant d’étoiles se mettent à danser

  2. Si sombre sera la nuit, mais au seuil de son silence, se cueille une brassée d’étoiles, rumeur si douce d’un secret du cœur


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s