Par : mondessensibles

Déc 10

Catégorie: bestiaire fabuleux

1 Commentaire

Et toujours plus avant dans ta vallée.
Tes senteurs de mousse conservent intacts
Rêve et mémoire. Un fuchsia crevant l’écran,
Et l’on s’introduit dans ton plus intime.
La grive appelle ; les rocs doucement saignent.
Près de l’étang, là-bas, le saule natal

S’abandonne à la paix d’après les pleurs.

François Cheng – A l’orient de tout

 

Un commentaire sur “”

  1. Tu as le sel l’iode et l’ecume de la Mer en toi…*


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s