Par : mondessensibles

Mai 8

Catégorie: marcher photographier

Poster un commentaire

Si nous pouvions dessiner les pensées

comme une branche se dessine sur le ciel,

peut-être que quelque chose viendrait se poser sur elles

comme un oiseau sur la branche.

 

Nous traînons une erreur de substance :

il nous faut être matière plus concrète

dans le réseau palpable qui nous enveloppe.

 

Et pour supporter notre carrence

nous dessinons ces images errantes

comme des branches sur fond de ciel.

 

(Roberto Juarroz – Treizième poésie verticale – Traduction de Roger Nimier)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s