Le Nu perdu

« Mets-toi à la place des dieux et regarde-toi. Une seule fois en naissant échangé, corps sarclé où l’usure échoue, tu es plus invisible qu’eux. Et tu te répètes moins.

La terre a des mains, la lune n’en a pas. La terre est meurtrière, la lune désolée. »

(René Char – Le Nu perdu – Gallimard – 1978)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :